Queyras

3

Qu’elle santé de fer ce Monsieur K ! Des vacances 100% cani-cross et cani-rando. Pourtant il est au repos depuis fin Juin donc sans entrainement mais il n’a rien perdu de sa forme et a avalé les 6000m de d+ et 110km parcourus comme si de rien n’était. Le programme = Minimum un col par jour, sinon rien !!!

 

Les eaux turquoises du lac de Serre-Ponçon étaient à notre goût.

 

Pour bien commencer notre découverte du Queyras départ de la maison, longeons les gorges du torrent de l’Izoard à travers l’épaisse forêt puis montons jusqu’au Bois De Mondon, une forêt de mousse surplombant un magnifique panorama du Queyras. Un petit kilomètre de sentiers façon forêt enchantée plus loin le Lac De Roue se présente à nous orné de nénuphars. On en fait le tour puis c’est la redescente vers la vallée de l’Izoard direction Brunissard à travers un chemin squatté par les vaches, orné de petits ruisseaux, de cascades et à la vue impressionnante. Puis on repasse sur l’autre versant de la vallée et retour à la maison en longeant la rivière. Bien sûr nous n’avons pas oublié de passer par la boulangerie d’Arvieux sur la route pour acheter des croissants… Des vrais bien beurrés qui sentent bon, à l’ancienne !

 

L’après midi on a opté pour la marche plutôt avec une promenade sur les hauteurs de Ville-vieille. Pas de Patoux dans ce secteur alors on en profite et on se balade en allant de découvertes en découvertes. Traversée d’une splendide forêt de Mélèzes où l’eau ruisselait en abondance puis arrivés dans les alpages la vue se dégage et nous offre un panorama très utile pour comprendre le relief du coin. En redescendant sur Ville-vieille Monsieur K a visité le marché producteur et la brocante et en cette fin de journée on peut dire que le montagnard était bien guilleret… Voir complètement torché ce qui a beaucoup amusé Monsieur K qui aime bien les gens rigolos.

 

Le lendemain c’est objectif 3000m ! Les 3121m de La Tête De La Cula plus exactement au fin fond de la secrète vallée du Cristallin. Impossible de boucler la balade, obligé de faire un aller-retour donc bof pas très motivé au départ mais finalement une telle promenade mérite d’être faite dans les deux sens sans aucun problèmes, c’est même indispensable pour bien profiter des vues. Le ciel était menaçant, on a hésité à continuer vers la cabane du douanier mais Monsieur K s’est mis à accélérer le pas encore un peu plus comme pour dire : Eh Oh, on est pas venu pour enfiler des perles ! Alors on y a été tout en haut et on était content d’avoir gravit notre tout premier sommet de 3000m. Une grande première aussi pour Monsieur K qui rencontrait ses premières marmottes, c’est rigolo ça !

 

Bon, et ensuite ? Eh bah rando organisée car rien ne vaut un guide pour nous apprendre la montagne. Ils nous ont emmené vers Abriès-Ristolas faire une boucle « hors piste » à travers les myrtilliers qui étaient chargés de fruits et on marchait dessus, un vrai gâchis mais… Faut avouer que c’est assez amusant. Une fois sorti des champs de Myrtilles on attaque la crête jusqu’au sommet du Praroussin à près de 2700m de haut. On y apercevait le Monte Viso, Monsieur K a apprécié prendre la pause devant lui pendant que nos amis randonneurs le photographiaient. Et puis on est passé du côté Italien, tous nos portables se sont mis à sonner. Au secours, on ne peut même pas être tranquille en montagne 🙁 Comme souvent Monsieur K a eu beaucoup de succès surtout à l’heure du pique nique où il n’hésitait pas à réaliser ses petits tricks pour grappiller des bouts de gigots à droite à gauche. Ces gens là mangent de la viande, de la vraie, je veux rester avec eux m’aurait-il dit…

 

Le jour suivant on a quitté notre groupe de randonneurs et sommes repartis en mode cani-cross à l’assaut des sommets. Bon… Ça ne s’est pas passé comme prévu et franchement tant mieux. Disons un petit coup de vertige et il a fallut rebrousser chemin. Mais au lieu de rentrer bêtement à la maison Monsieur K a proposé un changement de plan alors on est parti en direction du col de Furfande malgré les avertissement de notre logeuse qui nous avait dit de nous méfier de ce coin en raison de la forte présence de Patoux. Alors on y est allé prudemment et c’est passé. Les moutons étaient là mais loin, sur un versant opposé. Ça aurait été dommage de ne pas découvrir ce col verdoyant à deux pas de la maison. Et puis les moutons se sont mis à migrer vers nous alors euh… On est redescendu en vitesse. Heureusement il restait encore des croissants à la boulangerie 🙂 Un bien belle balade agrémentée de nombreuses baignades pour Monsieur K donc bien rafraichissante et heureusement car ce fut le plus long et chaud cani-cross des vacances.

 

Et puis après nous sommes enfin allé voir le fameux col de l’Izoard juste à côté de la maison. Ça y est enfin, la voiture a pu profiter d’une belle vue, la pauvre elle était restée à la maison presque tout ce temps et il n’y a pas que Monsieur K qui a le droit de profiter aussi hein ?

 

Le lendemain on remet le costume de cani-cross mais ce coup-ci on ne partira pas de la maison mais de plus loin à Montbardon, l’objectif c’est de se faire un max de forêt et on peut dire qu’on aura été servit. On y découvrira le Col Fromage, un paradis encore… La montée fut très raide mais aussi très agréable. Une fois presque tout en haut nous apercûment une bergerie horreur ! Alors nous avançons prudemment jusqu’à ce que l’on trouve à nos pattes des bouses sèches, c’est un coin à vaches, ouf ! Alors apaisés nous avons continué notre route en longeant les ruisseaux et les falaises qui nous menèrent jusqu’au fameux col fromage qui fidèle à sa réputation de carrefour du Queyras était bien peuplé de randonneurs pique-niqueurs il faut bien le dire. Alors on est pas resté trop longtemps, on est pas venu pour voir du monde avec Monsieur K alors on a filé faire la méga descente jusqu’à Montbardon, trop cool ! Par contre plus du tout de croissants à la boulangerie grrr… En même temps on se pointe à 15h à chaque fois, mais il reste des brioches et Mmmhhh des vraies, bien beurrées également et à la mie bien jaune…

 

Pfff… C’est déjà le dernier jour, mais quand même une belle dernière journée en perspective car on y retrouve notre très sympathique groupe de randonneurs. Ce coup-ci pas de surprises, on sait où l’on va, vers les chalets Clapeyto et la zone Patoux. Les guides m’assurent que tout ira bien, alors je leur fait confiance et c’est parti pour cette balade d’un tout autre type dans les alpages au milieu de nulle part avec vraiment la sensation d’être arrivé au bout du monde ou du moins à la fin de quelque chose. Du voyage assurément car après avoir admiré les lacs, les Écrins et traversé les canyons il a fallut quitter notre groupe de randonneurs et rentrer remballer les affaires  🙁

 

Et voilà c’est fini. Merci aux guides, aux marmottes et à la météo de nous avoir offert ces merveilleuses vacances dans les Hautes Alpes, dans ce parc du Queyras où les chiens sont les bienvenue et pourvu que ça dure !

 

3 thoughts on “Queyras

  1. Régine

    Waouh … c’est juste grandiose !
    Sacrés athlètes ces 2 là !
    Trop belles ces photos… Elles respirent le bon air frais et sain 😍


  2. Pp Mm
    On ne trouve pas de superlatifs assez fort pour commenter tes photos car c’est trop beau. Et tes commentaires amusants nous font voyager avec toi et Mr K. Si c’est ça une vie de chien nous on prend. Encore merci de nous faire rêver.
    Bisous

  3. knelle

    Fabuleuses images! ça faisait longtemps qu’on avait plus de nouvelles…
    Ce virus nous met vraiment hors de tout et ce monde devient dingue! au moins il reste de beaux lieux pour rêver…. Salutations de Knelle:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *