Le canicross de Mireval, (The Impossible).

4

Décidément ce nom de Monsieur K rime de plus en plus avec exploits. D’ailleurs en parlant de rimes soyons fou :

La truffe humide, le poil scintillant.
Positionné sur sa ligne de départ.
Monsieur K s’élance le poil au vent.
Pour rattraper ses amis clébards.

On peut compter sur son talent.
Et combler tout notre retard.
Il dépasse encore un participant.
Puis se permet un arrêt au bar.

C’est reparti tout en montant.
Prenant l’allure d’un guépard.
Il fonce, un waf lancé aux habitants.
Et s’élance vers l’arrivée tout content.

Comme à notre habitude on arrive en retard alors que j’avais tout calculé pour que cela ne nous arrive pas encore comme l’an dernier, car oui c’est la première fois que l’on refait deux fois la même course. Donc encore moins d’excuses. On arrive juste pour le départ et évidemment toutes les lignes sont déjà formées. Cinq chiens par ligne et il y avait environ soixante inscrits, autant dire qu’on se retrouve tout au fond et seuls sur notre dernière ligne. La première s’élance alors que je n’ai même pas encore fini d’épingler mon dossard, pas évident d’ailleurs car Monsieur K est plus que dans l’ambiance et semble sur-motivé comme jamais pour aller courir avec les copains. Toujours une petite appréhension tout de même avant ce genre de courses car les chiens sont tous pour la plupart beaucoup plus grands et costauds que lui mais lors de la remise des dossards tous les toutous m’ont parus très sympathiques et aussi incroyable que cela puisse paraître aucun grognement n’a été émis. D’ailleurs il y avait énormément de Husky et Monsieur K établit un lien toujours très amical avec ses chiens… Frères de poil je crois ! Une dame de l’organisation fan de Shetlands me confie qu’il faut se méfier d’un chien en particulier… Merci du tuyau mais du coup une petite angoisse subsiste. Tan pis c’est à nous, c’est parti ! Les derniers, donc nous, s’élancent à l’assaut des petits chemins du massif de la Gardiole. Premier virage, Monsieur K coupe derrière le poteau et je manque de me le prendre, « salopard » lui dis-je sur le ton de la plaisanterie, on est parti comme des fous et on rattrape des dizaines de duos sans aucun problème car Monsieur K suit à la lettre mes directions, dépasse à gauche, puis à droite, devant, tire, il écoute tout et fonce droit devant, là je comprends que son objectif du jour c’est de faire mieux que l’an dernier, mais franchement avec mes deux tendinites au même pied, des douleurs un peu partout et aucun entrainement on ne pourra qu’espérer finir vers le milieu du classement cette année et non renouveler l’exploit de finir Treizième comme l’an dernier… On est parti dix fois trop vite, combien de temps on va tenir comme ça, allez tan pis on verra bien, alors on continue de foncer et on double encore bon nombre de tandems. Ça y est on est sorti du bitume et tout de suite s’offrent à nous les agréables petits chemins de la Gardiole, décidément les habitants de Mireval ont bien de la chance de pouvoir profiter de ce terrains de jeu à deux pas de chez eux. Alors les petits chemins c’est beau mais on commence à être un peu bloqués, ça tombe bien on va pouvoir souffler un peu. Eh bah non car Monsieur K me réveille, comme il fallait, au bon moment, avant de baisser le rythme, il décide de passer devant le berger australien qui pourtant était à notre vitesse. Ouille, il faut suivre derrière quand même ! Alors le parcours continue, c’est très beau, je ne me souvenait pas que l’endroit était aussi sympathique. Nous arrivons devant un ravitaillement d’eau, normalement Monsieur K s’en fout et trace mais là je le sens quelque peu assoiffé et effectivement nous devons nous arrêter une bonne trentaine de secondes pour qu’il puisse se désaltérer, mais pas trop ce n’est pas bon en pleine course. Pendant ce temps deux concurrentes que l’on avait eu le plus grand mal à dépasser nous redoublent. Pas grave ! Monsieur K repart comme un fou, je jette un œil à mon gps qui m’indique une allure de 16kmh, c’est impossible, il déconne, pas aujourd’hui et pas après trois kilomètres. Malheureusement je commence à sentir mon tendon, ça tire, dans ma tête je commence à imaginer l’abandon, ce serait triste après tous les efforts que Monsieur K a fait. Ça y est la montée vers le point culminant s’amorce, je dis à Monsieur K que c’est le moment d’attaquer, une sympathique coureuse nous laisse passer, pourtant elle allait aussi vite que nous mais nos deux toutous commençaient à vouloir faire de plus ample connaissance, alors c’est mieux ainsi, concentre toi de nouveau sur la course Monsieur K lui dis-je, aussi tôt dit aussi tôt fait, on grille toutes nos forces dans cette ultime montée car on sait qu’après il ne reste plus que de la descente. Arrivés en haut la vue sur la mer est incroyable, je ne me souvenais plus que c’était aussi chouette. La montée a fatigué mon pépère et il commence à vadrouiller un peu à droite, à gauche pour faire pipi mais le signaleur nous indique le petite monotrace et il repart à fond. On amorce alors une longue ligne droite en descente vers l’arrivée semée d’embuches.. Oui de cailloux mais aussi de buissons piquants à ras du sol et ce monotrace est de plus en plus étroit, mon pauvre Monsieur K est trop petit et les branches l’atteignent mais il continue à descendre comme un fou tout droit. La vue sur la mer est splendide tout au long de cette descente, je m’en rappelais, mais tout à coup on entend les autres derrière qui crient pour encourager leurs chiens, les cris se rapprochent, puis le chemin s’élargit, plus qu’un kilomètre même pas, c’est le moment Monsieur K il faut tout donner ! Mais le pauvre commence à ralentir un peu et un chien se présente à notre hauteur, puis un deuxième. Cette fois-ci s’en est trop ce dit Monsieur K alors il remet les gaz et repasse ces deux importuns, il est hors de question de se faire dépasser par ces gros chiens, mais le gros noir ne nous lâche pas et repasse même devant, c’est alors que le dernier virage se présente à nous, Monsieur K laisse la priorité au gros chien mais il se permet quand même un super sprint final sur la ligne d’arrivée pour le plus grand bonheur du commentateur et des quelques curieux. Un immense bravo à mon brave petit Monsieur K qui a tenu le coup jusqu’au bout sans faire des petits pipis partout, il est resté concentré jusqu’au bout pour me faire plaisir, il est incroyable !
À l’arrivée Monsieur K est annoncé troisième.. Tiens on m’avait déjà fais la blague une fois, troisième de quoi ? Catégorie coureur à long poil, ah ah !!! Un peu de sérieux. On sert les pognes des copains avec lesquels on a fini la course, mais ils nous en ont fait baver sur la fin les vaches. Il ne reste plus qu’à reprendre notre souffle, se changer et revenir pour féliciter les intouchables qui finiront aux trois premières places.
Retour aux courses, le six kilomètres s’élance puis la marche nordique. Deux petits Shetlands et leur maîtresse attendent les résultats du canicross, nous aussi mais ils ne sont toujours pas affichés, alors la remise des prix commence sans. Le podium des filles, encore un Greyhound ou un Braque sur la première marche argh ! Puis le podium des gars… Au moment d’appeler le troisième ils disent mon nom les cons…
Bon bah surprise !!! Alors on y va claquer les bises serrer la pogne du maire et récupérer les bouteilles de pif mais dans un étonnement total ! Il m’aura fallut un petit moment avant que je réalise ce que Monsieur K avait accompli aujourd’hui. Qu’est-ce qui s’est passé ? Les dix premiers se sont blessés ? Bah non en fait… On a fait du 13kmh de moyenne, les pointes à 20kmh c’était pas du pipeau et puis on repense à sa pa-patte, on se dit qu’on a eu beaucoup de chance et je n’ai pas honte de le dire, mais c’est ému que l’on s’éloigne de la course.
Bravo Monsieur K ! J’te fais une belle gamelle en rentrant 😉

En fait Monsieur K c’est un grand chien dans le corps d’un tout petit. Et puis petite course sympathique, petit événement champêtre (enfin plus de 1100 coureurs quand même) mais gros souvenir que celui-ci ! Le genre de course qui nous rappellent à quel point il est plus intéressant de courir avec son chien en équipe que seul. Et je finirais en remerciant encore les très sympathiques bénévoles !

Les photos prises avec mon horrible téléphone… Que j’ai cru perdre à la course d’ailleurs :

Youpi !!!

 

Et voilà, profitons car ce n’est pas près de recommencer.

 

4 thoughts on “Le canicross de Mireval, (The Impossible).


  1. On est fiers de vous deux mais pas surpris on sais que vous êtes des champions. Quel beau résumé c’est palpitant de vivre cette course avec vous on est essoufflé à la fin de ton récit. Et le petit poème en cadeau au début un vrai petit délice. C’est beau de vivre des aventures pareilles! ah! on ne s’ennuie pas avec vous deux.
    Bravo les champions, ménage tes tendinites..
    Bisous et bonne nuit.
    pp
    mm


    • On va les ménager…. Jusqu’à Dimanche prochain.

  2. Regine

    Mais quel super athlète s’est-t-il reincarné dans le corps de ce Monsieur K ?🤔
    Incroyable équipe de winners… en agility et maintenant en canicross.
    Septimanie est très fière de son responsable canicross !🤔
    Félicitations à vous deux pour cette troisième place 🏆

  3. Regine

    Mais quel est le super athlète qui s’est réincarné dans le corps de ce Monsieur K ?🤔. Septimanie est très fier de son responsable Cani-cross et de son champion canin .💪
    Félicitations à cette équipe de Winners pour sa troisième place .🏆

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *